Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 15:56

Le temps semblait s’être arrêté. Cette sensation était étrange, alors que l’année scolaire s’était écoulée si rapidement, malgré les heures de cours durant lesquelles les minutes semblaient s’éterniser, malgré ces moments où je priais pour que le temps s’accélérât et qu’enfin, je pusse profiter de ces quelques jours loin de la réalité, hors du temps, hors de tout. Je pouvais alors prendre le temps d’admirer le  soleil ouvrir les yeux et se rendormir, savourer chaque minute du temps qui passait. Le temps, le temps, quoi de plus beau que ces deux semaines de vacances où je pouvais enfin me ressourcer ? Prendre le temps. Je voulais profiter de chacune de ces minutes  répit, mais les jours, pourtant, continuaient de se succéder, et la course du temps ne s’arrêtait jamais.

Je les attendis, ces vacances. Dans les moments de fatigue et de désespoir, je m’accrochais à cette minuscule étincelle d’espoir, si petite mais qui grandissait à mesure que le temps passait. Pourtant cette idée m’effrayait autant qu’elle me réjouissait, car je n’ignorais pas qu’espérer le bonheur, c’était dans le même temps espérer l’angoisse que ferait naitre en moi les épreuves de français et de sciences. J’essayais avec force de penser aux vacances, afin que l’envie fût plus forte que la peur. Mon vœu finit par s’exaucer. Mais je ne trouvais pas la joie que j’avais cherchée, ce bonheur qui aurait du prendre possession de mon esprit. Alors que j’avais espéré un soulagement indescriptible, ce fut tout l’inverse qui se produit : si la joie m’animait, elle n’était rien comparée à l’angoisse qui ne m’avait pas quittée. L’heure des résultats approchait, mais le temps passait encore si lentement ! Le jour enfin arriva, celui où je serais délivrée de l’attente, délivrée des notes et du bac. Une page se tournait, et je fus contente de pouvoir enfin lui dire adieu. Les notes me hantèrent quelques jours encore, ce 12 faisait de l’ombre au reste, de l’ombre au bonheur. Avignon réussit à me libérer de l’emprise du bac, mais il ne parvint pas à vider mon esprit, car au lieu de m’apaiser, il refit surgir en moi mes rêves d’enfant. Le temps passait, les semaines se succédaient, et au lieu de m’imprégner de la joie d’être en vacances, je me surpris à être lasse de ces instants de répit. Je me sentais seule, prise au piège de mon esprit et de mes rêves, affectée par la solitude, et j’espérais que le temps s’accélérerait pour qu’enfin la rentrée me libérât du vide que je ressentais. Tandis que j’espérais, cette conclusion terrifiante m’apparut : j’étais incapable de me réjouir complètement. Torturée par le stress ou la nostalgie, mon esprit n’était jamais en paix très longtemps, et plutôt que de combattre ces émotions, je savais qu’il serait moins frustrant de m’en accommoder et de vivre avec.

Toutes ces pensées, ces sensations, ces réflexions, ce sont elles qui donnèrent lieu à mes articles un peu nostalgiques. J’en profitais pour exagérer mes émotions, afin de pouvoir m’analyser et de les réutiliser dans les fictions que j’écrirais. Un beau jour, pourtant, je constatai que mon esprit s’était calmé. Quelle était cette sensation nouvelle que j’avais finie par oublier ? Cela n’était rien d’autre que le bonheur simple, le bonheur pur, sans angoisse ni tracas. Pour la première fois, je fus heureuse de ces instants durant lesquels je pouvais  ne rien faire si je le souhaitais. Profiter du calme avant la tempête, profiter des vacances avant la terminale. Enfin j’avais trouvé un équilibre. Je me rendis compte que je m’étais installée dans une routine qui me plaisait plus qu’elle ne m’embêtait. Lecture, séries, musique, repas, lecture, séries, parfois Fnac. Et, même si mes amies me manquaient, je parvenais à savourer ces instants où enfin, le temps semblait s’être arrêté. Il me fallut du temps pour atteindre cette joie, mais à présent, le bac n’était plus qu’un souvenir lointain qui ressurgissait parfois mais qui me laissait enfin en paix.

Aujourd’hui, la moitié des vacances s’est écoulée, mais cela ne m’attriste pas, car lorsque la rentrée approchera à grands pas, je serai heureuse d’avoir passé des vacances paisibles et je serai enfin prête à affronter la terminale avec joie et détermination.

Partager cet article

Repost 0
Published by Eva
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La filière ES
  • : Ce blog est tenu par une fille un peu folle qui aime raconter sa vie. Mais il a aussi pour vocation de vous donner des informations sur la filière ES au lycée. Bonne visite !
  • Contact

Recherche