Mardi 26 juillet 2011 2 26 /07 /Juil /2011 14:09

 

Se présenter est quelque chose de plus difficile qu’il n’y parait. Pourtant, ce n’est pas mon premier blog: j’ai tenu un skyblog pendant près d’un an pour parler de mon année de seconde. Je pourrai vous donner le lien si vous le souhaitez, mais je ne crois pas que ce soit d’une quelconque utilité : même si les articles donnent un aperçu de la manière dont j’ai vécu la seconde, et des détails sur les cours et les nouveautés liées au lycée, l’écriture n’est pas très soignée, et le texte est parsemé de fautes d’inattention. Je ne me préoccupais pas autant que maintenant de soigner mon style.

Donner assez d’éléments aux lecteurs potentiels, sans trop se dévoiler pour garder un peu d’anonymat, n’est pas chose facile. Alors, afin d’éviter que mes camarades du lycée découvrent mon blog par hasard et fassent le rapprochement, je me contenterais du minimum.
Mon pseudo virtuel est Esmeralda, j’ai 16 ans et je termine ma première ES. Ecrire est ma passion depuis de nombreuses années, c’est pourquoi tenir un blog est un véritable bonheur, surtout à partir du moment où l’on trouve quelques lecteurs réguliers. J’édite souvent cet article, mais mon blog commence véritablement en juillet 2011, l’été qui précède mon entrée en première. Une année pleine de rebondissements, de hauts et de bas, comme vous pourrez le constater au fil des articles. Que dire le plus ? Après le bac, je rêve d’être prise en hypokhâgne B/L et, même si je ne me suis pas suffisamment donnée les moyens de le faire au cours de mon année de première, j’ai enfin compris ce que signifiait le mot « travailler », et je compte me donner les moyens de réussir l’année prochaine.

Ce blog a été créé pour vous faire partager mon expérience en première et terminale ES. Il est donc subjectif, et mon point de vue pourra être très différent de celui d’un autre élève. Néanmoins, il a quand même pour vocation de vous aider à mieux connaitre la filière ES, et de vous éclairer dans votre choix d’orientation si vous n’avez pas encore commencé ce fameux « cycle terminale ». Je sais très bien que choisir sa filière alors qu’on ne fait que très peu d’économie en seconde n’est pas une chose facile, surtout lorsque l’on sait que l’on va étudier l’SES 5h par semaine. J’ai personnellement eu beaucoup de mal à choisir mon orientation : mes bonnes notes me permettaient d’accéder à la S, ES ou L. J’hésitais entre les deux dernières propositions. Finalement, mon choix s’est porté vers une première économique et sociale, et je ne cesse de me féliciter d’avoir choisi cette filière. Je dresserai d’ailleurs très prochainement un bilan de mon année, ce qui pourra vous être utile si vous ne voulez pas lire tout mon blog.

Lorsque je ferai part de mes émotions et de mes impressions, j’essaierai d’être précise et d’argumenter, afin que vous en sachiez plus. Les articles très longs que j’écris parfois traduisent mon envie de vous donner le plus de détails possibles. J’espère que la longueur ne vous rebutera pas. Vous pouvez bien évidemment me faire part de vos avis, et  je suis ouverte à toute question, aussi bien par le biais d’un commentaire que par mail.

Une dernière chose : cet article est le seul que je modifie régulièrement. Je veux laisser les autres comme je les ai écris au départ pour laisser une trace non seulement de mon évolution au lycée, mais aussi des progrès que j’aurai pu faire dans mon style d’écriture. En principe, les articles à la fin de mon blog sont donc plus soignés que les premiers.
Il ne me reste plus qu’à vous laisser mon adresse mail et à vous souhaiter une bonne visite sur mon blog, en espérant que vous y trouverez ce que vous recherchiez et que lire mes articles vous sera agréable.

    emotions.ocean@gmail.com

Par la-filiere-es
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 27 juillet 2011 3 27 /07 /Juil /2011 14:25

   (article datant du lundi 27 juin 2011)

 

Lectures / partie I

 

Voici la liste des lectures que nous devons lire pour préparer notre entrée en première. Les S et les L ont la même liste, sauf que les L ont un livre en plus à lire. 
 
 
   Pierre et Jean (roman) de Maupassant
 
Pierre, médecin, ne comprend pas pourquoi un ami de sa famille a légué sa fortune à Jean, son frère cadet. Au terme d'une véritable enquête policière, il mettra au jour un terrible secret. Le quatrième roman de Maupassant (1850-1893), publié en 1888, est sans doute le meilleur. Le récit, qui tient à la fois de l'étude naturaliste et de l'analyse psychologique, s'appuie sur une intrigue, simple et forte. Dans sa célèbre préface, l'auteur développe une théorie qui préfigure la modernité romanesque : il s'agit moins de reproduire le réel que d'en donner l'illusion.
 
   Le meilleur des mondes (roman) de Huxley
 
Demain, le bonheur sera universel. Et obligatoire ! Dans le meilleur des mondes les foetus sont « préparés» dans des incubatrices en fonction du rôle qu'on leur destine. Les futurs Alphas, de la caste des élites, reçoivent plus d'oxygène, plus de «pseudo sang». Quant aux futurs Epsilons, à qui l'on réserve les tâches les plus pénibles, on veille à ne pas développer leurs facultés intellectuelles : un bon ouvrier n'a pas besoin de penser. Dans le meilleur des mondes, un système éducatif qui façonne les esprits comme les corps, une société communautaire qui proscrit l'individualisme, où la cellule familiale ne peut exister. Dans ce meilleur des mondes méthodiquement planifié pour construire les hommes en fonction des besoins, pour contraindre un bonheur artificiel, pour museler les passions et les interrogations, il y aura bien un grain de sable pour s'insérer dans les rouages. Un récit incontournable écrit en 1931, qui n'a pas fini d'influencer écrivains et cinéastes
 

    On ne badine pas avec l'amour (théâtre) de Musset

On siffle sa première pièce ? Musset s'en moque, il publiera les autres pour son seul plaisir, insouciant d'aucune règle, sauf celle de ses caprices et de sa fantaisie douloureuse et si légère. Ce sera son «spectacle dans un fauteuil». C'est pourquoi on ne cessera jamais de jouer ses comédies et proverbes. Dans quel rêve, quel château, quel parc mélancolique sommes-nous ? Le jeune seigneur Perdican devrait y épouser sa cousine Camille, mais en un instant il décide d'aimer une jeune bergère. Soudain dédaignée, Camille, qui ne croyait pas à l'amour, connaît le dépit, la jalousie, l'égoïsme de la passion. Autour d'eux, s'agitent des personnages fantoches d'une cocasserie irrésistible. Dans ce théâtre féerique, on se croise, on se déchire, on s'ennuie, on croit que tout est vain, on triche, on se désire, on souffre jusqu'à en mourir. Comme dans la vie.
 
   Le barbier de Séville (théâtre) de Beaumarchais
 
Ah ! le triste sire ! Gros, court, gris, pommelé, rusé, blasé qui guette et furète, gronde et geint
tout à la fois. Il est encore avare, brutal, amoureux et jaloux... Et la belle Rosine, sa jeune pupille, est l'infortunée victime de cette odieuse flamme... Mais le ciel protège, dit-on, ceux qui s'aiment. Et Figaro, le gai, l'impertinent, l'irremplaçable Figaro a tôt fait de voler au secours de son maître le comte Almaviva. La belle est cloîtrée ? Le vieillard méfiant ? Qu'à cela ne tienne ! Et le voilà qui court, trompe et invente l'habile stratagème pour sauver les amants. Un enlèvement ? À la bonne heure ! La difficulté de réussir ne fait qu'ajouter à la nécessité d'entreprendre, s'exclame le rusé.

Par la-filiere-es - Publié dans : Lecture
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Dimanche 30 octobre 2011 7 30 /10 /Oct /2011 14:30

 

 

 

Et oui, filière europe oblige, pendant les vacances nous avons eu deux livres à lire en anglais. Comme je suis trop sympa, je vous donne les résumés en français ;-)
 
Lies of silence de Brian Moore
Irlandais vivant à Belfast, Michael Dillon veut quitter cette ville, trop provinciale à son goût. Mais voilà que des membres armés de l'IRA investissent sa maison et prennent sa femme en otage. Jusque-là indifférent aux violences quotidiennes qui déchirent l'Ulster, Dillon reçoit l'ordre de déposer une bombe au Clarence, l'hôtel qu'il dirige.Impliqué dans un conflit politique qui le dépasse, Dillon est pour une fois contraint de choisir entre son intérêt personnel et son devoir : mais comment se révolter sans sacrifier la vie de sa femme ? Confronté à ce tragique dilemme moral, il voit l'étau se refermer sur lui...
 
 1984 de George Orwell
De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d'en face. Big Brother vous regarde, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston... Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits, plana un moment, telle une mouche bleue, puis repartit comme une flèche, dans un vol courbe. C'était une patrouille qui venait mettre le nez aux fenêtres des gens. Mais les patrouilles n'avaient pas d'importance. Seule comptait la Police de la Pensée.
 
D'accord, je le reconnais, je n'ai lu que Lies of silence en anglais. J'avais tellement la flemme de lire pendant les vacances que pour aller plus vite j'ai lu 1984 en français. Veuillez m'en excuser et ne pas suivre mon exemple ! Mais j'ai trouvé de quoi me racheter : nous n'étudierons le livre en cours qu'en janvier, ce qui signifie qu'il faudra certainement le relire avant l'interro. Et cette fois je ferai l'effort de le lire en anglais !
Sinon, un petit bilan sur ces deux livres :
Deux excellents choix, les professeurs ont bien choisi les livres ! Dans Lies of silence il ne se passe pas énormément de choses, finalement, mais c'était très intéressant à lire. 1984 était tout simplement génial. Remarquable. J'ai particulièrement aimé le côté psychologique de l'histoire. C'est donc avec plaisir que je le relirais. Et finalement, je ne regrette pas de l'avoir lu en français, ça m'a permis de mieux comprendre l'histoire, de ne pas passer à côté des petits détails qui sont importants.

Par la-filiere-es - Publié dans : Lecture
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 11 novembre 2011 5 11 /11 /Nov /2011 15:35

(article datant du vendredi 11 novembre 2011)

 

Il est dont temps de faire un petit bilan après un peu plus de deux mois de cours ! Et bien écoutez, si je dois donner un avis général - et qui n'implique que moi - je dirais que je n'ai nullement été traumatisée par la première ES ! Même s'il j'ai rencontré quelques difficultés, dont je parlerai, je ne trouve pas qu'il y a un gouffre entre seconde et première ES (après pour les autres filières je ne sais pas). Voici à présent un bilan par matière, afin que mes propos soient plus précis !

SES :
Puisque c'est la matière la plus importante, autant commencer par là ! On en a 5h par semaine, alors il vaut mieux aimer ! Heureusement, je trouve les cours d'économie très intéressants, et notre prof, bien qu'un peu étourdie (ce qui est très mignon !) explique très bien, et nous donne des exemples pris dans l'actualité. C'est une très bonne façon de s'ouvrir l'esprit.
A propos des DS : pour l'instant, ils étaient très faciles, nous n'avions pas à faire de réflexion très poussée. Si on apprend son cours (mais par contre il faut vraiment de le savoir très bien), on peut avoir une excellente note. Bon après je ne sais pas si c'est pareil avec tous les profs dans tous les lycées, je ne peux vous parler que du mien.

Maths :
C'est bizarre, mais pour l'instant je trouve les cours beaucoup facile qu'en seconde ! On a vu la partie des fonctions que je comprends le mieux, et on a fait les pourcentages (ahhh, j'adore les pourcentages !). On apprend à faire un algorithme simple sur la calculatrice, et ça m'amuse vraiment (j'aime bien l'informatique), du coup je me suis amusée à en refaire d'autres.
Le fait que je comprenne mieux vient aussi du professeur, je pense. L'année dernière, mon prof était très bien, mais le problème c'est que je trouvais ses explications trop compliquées. Je le verrais plutôt prof en S (d'ailleurs il est carrément prof en hypokhâgne aussi). Mais cette année, la prof que nous avons va au plus simple, elle ne s'embarque pas dans des explications trop compliquées, ce qui fait que les cours sont très agréables et, miracle, passent vite !
Concernant deux interros que nous avons eu (un DS et une simple évaluation), elles ont été d'une facilité déconcertante (mais je ne vais pas aller me plaindre !). En ayant bien bossé, on s'en sortait avec d'excellentes notes. Alors que l'année dernière on avait besoin de bien plus réfléchir.
Bref, l'année de première commence très bien pour moi au début des maths, j'espère que ça va continuer comme ça, parce que je voudrais éventuellement travailler dans l'informatique. Et comme je suis en ES et pas en S, il faut vraiment que j'aie des notes excellentes en maths, pour montrer que je suis capable de travailler dans l'informatique.

L'histoire-géo :
Ou comment finir traumatisée... Là pour le coup, accrochez-vous ! Bon aussi ça vient du faire que l'année dernière, j'avais une prof vraiment nulle (et qu'en plus j'ai toujours détesté mes cours d'histoire). On avait rien fait, ni composition ni croquis. Alors forcément, on a sacrément beaucoup de retard, et les professeurs commencent à s'en rendre compte ! Cette année, nous avons la chance d'avoir une prof vraiment très bien, la meilleure que j'ai eu en histoire depuis la sixième.
Mais ça change ! On avance très vite, le programme est chargé. Elle interroge tous les lundis un ou deux élèves à l'oral. Et comme par hasard je suis tombée sur un chapitre de géo, sur « Les territoires du quotidien » avec la France administrative et tout ça... Une horreur ! Heureusement j'ai eu 12, mais je méritais moins (d'ailleurs elle m'a dit qu'elle avait été sympa !).
Bref, l'histoire-géo c'est vraiment la matière que je trouve la plus dure, on a commencé vite fait à voir la méthode de composition, et c'est dur !
On a une tonne impressionnante de choses à apprendre. Bref, une matière qui a toujours pour moi été traumatisante xD

Français :
Ou comment avoir un prof sorti d'une autre époque... Normalement cette matière m'intéresse, mais là le prof a carrément réussi à me dégoûter de la matière ! C'est chiant, on fait rien, on passe notre cours à écrire. Il nous donne des commentaires à l'oral (enfin des commentaires simplifiés) et on prend en note. Il n'est pas foutu de nous donner des photocopies pour qu'on perde moins de temps (parce qu'on est retard en plus) et qu'on puisse s'entrainer un peu plus. En plus, j'ai l'impression que c'est un vrai flemmard, sadique... Parce qu'à chaque fois qu'on parle d'un texte qui aborde le sujet de la guerre, la religion, le sexe, il est mord de rire. Non vraiment, une grosse déception simplement à cause du professeur (qui en plus est un remplaçant ! Comme je le dis souvent cette année « je n'ai jamais autant apprécié une prof que je n'ai jamais vue ! »).
On a rédigé notre première dissertation pendant un DS de 4h, avec la méthodologie vue à la va-vite et un demi-exemple de dissertation (on a juste eu le droit à une introduction et à un bout de la première partie). On peut dire que je m'en sors bien avec un 10, tout juste la moyenne (ça ne veut pas dire que je suis contente !). La meilleure note était 16, cas exceptionnel puisqu'ensuite les meilleures notes sont à 13, et qu'il trouvait ça bien.
Bref, je ne vais pas m'étendre, ça m'énerve trop !

Physique/SVT :
Je n'ai rien de spécial à dire, on a eu que deux cours d'SVT et trois cours de physique, parce que les cours ont commencé plus tard – conséquences de la réforme. Je ne m'attarderai donc pas sur ces deux matières.

Anglais (filière européenne) :
Mouais. La prof que j'avais l'année dernière me manque carrément ! Celui que j'ai cette année nous fait des cours qui ne ressemblent pas à des cours de filière européenne. On apprend beaucoup moins de choses que l'année dernière et ça m'intéresse beaucoup moins. Quelle déception sur une de mes matières préférées !

Espagnol :
C'est la matière qui a varié le moins, et tant mieux. La prof est bien. On avance pas super vite mais de toute façon en espagnol je n'ai jamais eu l'impression d'apprendre beaucoup de choses à la fois. Petite interro de vocabulaire toutes les semaines, ce qui est plutôt pas mal quand on y pense.

TPE :
Ou comment mettre plusieurs semaines à trouver un sujet... Et puis maintenant on n'arrive pas à se mettre d'accord sur notre plan.

Sport :
Ou comment éviter la mort de justesse... Parce que pour l'instant on fait escalade, et que j'ai failli m'écraser par terre parce que la fille qui était censée me tenir discutait avec quelqu'un d'autre sans serrer la corde. J'ai quand même descendu de plusieurs mètres avant qu'elle me tienne de nouveau ! Plus de peur que de mal, mais j'étais aussi énervée.

Accompagnement personnalisé :
On a eu environ 5 séances sur les calculs en économie, j'ai eu un peu de mal à comprendre au début parce qu'on devait avancer très vite, mais finalement ça m'a été très utile, surtout pour les maths ! Là on s'est inscrit où on voulait, j'ai pris histoire-géo, histoire que je puisse rattraper un peu mon retard phénoménal.
Voilà, je crois n'avoir oublié aucune matière. En fait, quand j'y pense je suis quand même un peu déçue... Je regrette ma prof de français de l'année dernière, ainsi que mon EXCELLENTE prof d'anglais (ahhhh comment elle me manque trop ! Elle était vraiment géniale !).

Bref, sinon j'ai plutôt bien commencé l'année, je pense (et j'espère) avoir autour de 15 de moyenne générale, peut-être un peu moins (snif) peut-être un peu plus (hum, ça m'étonnerait). Ca dépend des coefficients et tout ça. Attendons le bulletin de noël pour voir ! Et surtout les prochaines notes que j'aurais, surtout en histoire-géo (glups !) où le coefficient est le deuxième le plus important, au même niveau que les maths.
Mais si je travaillais plus (et oui, je n'ai pas changé, je suis toujours une grande flemmarde !) j'aurai pu avoir de meilleures notes, par exemple en histoire (12 de moyenne à peu près).
Au final, je m'en sors quand même bien dans cette première, mais l'histoire et surtout le bac de français me font peur ! A suivre donc :P

Par la-filiere-es - Publié dans : Objectifs / Bilans
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 28 novembre 2011 1 28 /11 /Nov /2011 22:34

Le titre va sûrement vous étonner, puisqu'on est quand même le 28 novembre, donc presque trois mois après la rentrée. Et pourtant, dans le dernier message que j'avais écris le 11 novembre, je disais encore que je n'avais pas vu de grand fossé entre la seconde et la première, j'étais même étonnée que ce soit si peu difficile par rapport à ce à quoi je m'attendais.
 
Bref, je trouve que c'est à partir de maintenant que je commence à me rendre compte que je suis en première. Bon, j'exagère un peu, ne paniquez pas. Et de toute façon, il faut bien qu'une classe soit plus dure que la précédente. Mais c'est à partir du moment où c'est plus dur que cela devient plus intéressant. Je vais donc vous parlez des quelques changements que j'ai constatés :
 
Déjà, globalement : j'avais dit que ma moyenne générale tournerait autour de 15 de moyenne. Je crois que je me suis bien plantée ! Je n'ai pas encore ma moyenne générale, mais après mes calculs (très vagues, puisque je ne connais pas encore toutes mes notes du premier trimestre ni les coefficients attribués à chaque matière), d'après mes calculs ma moyenne tournerait autour de 13,5 de moyenne générale, ce qui n'est pas terrible du tout alors que je sais que je serais capable de faire plus.
 
En histoire-géographie, on avait pris un retard considérable l'année dernière à cause d'une prof déplorable. Nous n'avions ni fait de composition, ni de croquis, ni de vrais études de documents. Bref, je vous le confirme, nous n'avions rien fait, et à la fin de l'année nous n'avions fait qu'un tiers du programme.
Du coup cette année, notre prof se retrouve obligée d'essayer de nous faire rattraper elle-même ce retard. Heureusement, elle est super ! Elle est exigeante, mais elle ne note pas non plus hyper hyper sévère comme d'autres professeurs. Et nous laisse nous adapter.
Donc cette année, nous n'avons pas encore fait de composition. Cependant, elle nous ammène doucement à cet exercice : il y a environ trois semaines, nous avions deux documents et une sorte de compo à faire. Enfin pas vraiment une compo, parce que : elle nous donnait elle-même le plan, et nous n'avions pas d'introduction à rédiger. Par ailleurs, l'autre partie du DS étaient des questions de cours (heureusement, parce qu'à la part demi-compo j'ai eu 9/20 je crois, alors que pour le cours j'ai eu 8/10).
Pourquoi il y a un changement ? Parce que jeudi nous allons faire notre première composition ! J'avoue que ça me fait un peu flipper, parce que je déteste le chapitre que nous sommes en train d'étudier : de la géographie sur la France administrative, les régions... C'est fou ce que ce chapitre m'ennuie ! Et plus un chapitre m'ennuie, moins j'arrive à l'apprendre. Ca promet ! Je vous donnerai donc quelques nouvelles après le massacre )
 
En SES aussi il y a un changement, qui m'a surprise parce que je ne m'y attendais pas du tout ! En fait, jusqu'ici les évaluations et les DS consistaient principalement à réciter le cours, avec tout de même un peu de réflexion mais pas non plus très poussée (c'est-à-dire qu'en connaissant bien son cours on s'en sortait très bien à la rédaction !).
Et la semaine dernière, la prof nous annonce trois jours avant le DS d'éco (le jeudi) que cette fois nous aurions une sorte de synthèse à rédiger !
En ce moment, nous travaillons un chapitre qui s'appelle "La coordination du marché". Voici un aperçu du DS, ce sera plus simple que de l'expliquer avec mes mots :
   I- Définir les termes : institution - biens complémentaires - biens substituables - marché de concurrence - coût d'opportunité.
  II - A partir des documents, vous répondrez à la question suivante "assiste-on à une marchandisation croissante des économies occidentales ?". Vous allez extraire de chaque document les mots clés et faire une synthèse des documents. Présenter le plan en deux parties en notant les éléments que vous pourriez développer plus longuement si vous aviez le temps.
(je donne une petite précision => En fait elle n'attendait pas qu'on rédige entièrement la synthèse, mais qu'on mette plutôt les grandes idées. Mais comme je comprenais pas trop ce qu'elle attendait exactement j'ai préféré tout rédiger).
Premier document : "Le marché florissant de la procréation assistée s'expose" => Cela parlait du marché qui touche à la procréation, des banques de spermes.
Deuxième document : "Les métamorphoses de la question sociale" => si j'ai bien compris cela parle de la création de nouveaux marchés dans les services, comme ceux d'aides à la personnes ou les métiers comme livreur de pizza, baby-sitters, appelés dans le texte "gisements d'emplois" ou "sous-emploi".
Troisième document : Il s'agissait d'un graphique, un camembert sur le nombre de bénévoles en France. Je ne sais pas si on était censé le dire (moi je l'ai dit), mais on remarque qu'en 2010 il y avait plus de bénévoles chez les personnes plus âgées que chez les jeunes.
Quatrième document : "La gratuité est-elle l'avenir de l'économie ?" => Cela parlait qu'avec internet, les coûts de reproduction (pour la musique par exemple étaient nuls. Je ne suis pas sûre d'avoir compris le message que l'auteur voulait nous faire passer, mais d'après ce que je pensais la réflexion était basée sur la possibilité qu'une partie de l'économie soit gratuite (enfin je simplifie un peu trop).

Je ne sais absolument pas ce que vaut ma copie, puisque c'est la première fois que je fais ce type d'exercice en économie. Je pense m'être plutôt bien débrouillée, mais en même temps je garde un petit doute. Au niveau de mon plan, j'en ai fait un dialectique, comme d'après la prof il est souvent demandé en SES. En gros ça donnait :
   I- Marchandisation croissante des économies
      1- De plus en plus de marchés qui se créent
      2- Une forme d'entraide décroissante (là pour le coup j'ai peur d'être à côté de la plaque)

II- Une économie qui a toujours besoin du non-marchand
       1- La gratuité
       2- Bien que les jeunes sont moins bénévoles que les personnes plus âgées, il y a tout de même un nombre important de bénévole.
 
Les intitulés de mon plan ne sont pas formulés comme ça dans le DS, j'ai essayé de mieux les faire. Comme vous pouvez le voir, mon plan n'est pas super. J'ai notamment peur que le fait d'après parlé du document sur les bénévoles dans les deux parties ne soit pas une bonne chose. Mais bon, on verra bien ! Après tout, ce n'est que ma première synthèse, et la prof a dit qu'elle serait indulgente.
 
 
Les changements de l'histoire-géo en anglais... Hum, disons qu'on pourrait rebaptiser cette matière "Comment traumatiser les élèves ?". Pourtant la prof est super, mais voilà la matière ne passe pas. En plus la semaine dernière j'ai fait ma première interro de l'année. Une catastrophe, vous n'imaginez même pas ! Déjà que la prof note sévère (elle a dit qu'on aurait peu de chances d'avoir la moyenne à la première évaluation), là j'ai de bonnes choses d'avoir une note très très très basse ! Le suspens ne va plus durer longtemps puisque j'aurai ma note demain... Je serais heureuse de m'en sortir avec un 8 !
Et pourtant j'avais bossé, je connaissais mon cours par coeur. Le problème étant qu'avec une étude de doc, je ne savais pas à quel moment je devais réciter quelle partie. Et, comme j'avais toujours l'impression de faire du hors-sujet, je répondais à moitié à la question. Bref, catastrophe ! Je vous tiens au courant demain !
 
 
Je vais à présent vous laisser, je continuerai mon bilan demain. Retenez quand même que la première d'un rien d'une torture, et il est tout à fait possible d'avoir une bonne moyenne générale si vous travaillez un minimum (moi je devrais travailler plus d'ailleurs !).

Par la-filiere-es
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

Catégories

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés